La vie en quarantaine au Royaume-Uni


volitif japonais


Lorsque nous avons planifié ce voyage, le Royaume-Uni avait annoncé qu'il ouvrirait à tous le 10 juillet. Par conséquent, nous avons acheté des billets pour le théâtre, le château de Highclere et le Globe pour les dates suivantes. Après avoir quitté les États-Unis et bien avancé dans notre voyage, le Royaume-Uni a annoncé qu'il n'ouvrirait pas avant le 19 juillet. Toute personne arrivant avant le 19 juillet devrait être mise en quarantaine pendant 10 jours.

Nous avons eu de nombreuses discussions sur ce qu'il fallait faire, nos options : 1. Aller au Royaume-Uni et tenter notre chance que les choses changent, 2. Aller à un autre endroit depuis Paris et attendre le 19 juillet, 3. Rentrer à la maison.

Nous avons rapidement décidé que nous ne voulions pas rentrer à la maison et nous avons commencé à réfléchir à l'endroit où nous pourrions aller pendant 10 jours et à la façon dont nous passerions les 5 jours à Londres. J'ai joué avec différentes options. Le sud de la France allait être trop chaud, les Alpes et les Dolomites offraient un beau temps, la Croatie semblait différente, Budapest était un endroit qui semblait bien.

Juste avant que nous ayons à nous décider, le gouvernement britannique a décidé de proposer un programme "Test to Release". Dans ce programme, on devait obtenir un Covid 19 et obtenir un résultat négatif au cinquième jour de la quarantaine. Si le test était négatif, la quarantaine prenait fin. Ce test s'ajoutait aux tests Covid 19 obligatoires des jours 2 et 8 de la quarantaine. Nous avons opté pour le " test de libération ".

Nous avons trouvé un appartement de deux chambres à coucher et deux étages, avec un petit espace à l'arrière, à Greenwich. Nous avons découvert qu'il y avait un café à environ 5 minutes à pied et 3 épiceries à proximité du café.

Dans le cadre de la quarantaine, nous avions la possibilité de faire le test nous-mêmes ou de nous rendre dans un établissement pour le faire. J'ai découvert que nous pouvions choisir d'aller dans des établissements agréés par le NHS (National Health Services) pour nos tests obligatoires de 2 et 8 jours et le "test de libération" de 5 jours. J'ai décidé d'aller dans un établissement : 1. je n'étais pas intéressée par l'autodiagnostic et 2. Cela nous permettrait de sortir de l'appartement.

Quand on est en quarantaine, le NHS appelle par téléphone une fois par jour chaque adulte. L'appel peut être passé à n'importe quel moment et on m'a dit un peu plus tard qu'une personne avait manqué deux appels, de sorte qu'un agent du NHS avait été appelé. est allée vérifier qu'ils étaient bien au lieu de quarantaine. Nous avons eu la chance de ne pas manquer un appel, mais nous avons pris soin de rester à l'appartement jusqu'à ce que nous recevions notre appel. Les appels ont immédiatement cessé après que nous ayons été testés négatifs le cinquième jour.

Le premier jour, je suis allée dans les épiceries locales sous prétexte de voir ce qui était disponible sans gluten. Il y a trop d'aliments que je ne peux pas manger, ce qui rend la livraison de nourriture difficile. Nous n'avions pas l'intention de nous faire livrer de la nourriture de restaurant pendant les cinq jours, alors nous devions courir à l'épicerie.

Nous sommes allés prendre un café tous les jours au petit café, nous avons fait les courses et nous nous sommes rendus à nos tests. Pour nous rendre à nos tests, nous avons dû prendre un bus, puis une correspondance pour le métro, et enfin marcher pendant environ 15 minutes. C'était une façon de sortir un peu.
Nous avons trouvé que la quarantaine n'était pas si mal, c'était un moment de répit, une pause avant de recommencer à courir partout. Nous avons lu, regardé la BBC, et Bien sûr, nous avons marché jusqu'au magasin/café, nous sommes allés dans le jardin, nous avons fait des escaliers, nous avons cuisiné, des choses que tout le monde fait dans une journée.

Le cinquième jour, nous avons fait notre test tôt, puis nous sommes allés au Holiday Inn, prêts à courir dès que nous aurions reçu nos résultats. Et nous avons couru !